Inventaire non exhaustif des âneries du Métronome

Jingle ! Soyons brefs et efficace (non je déconne, ça sera long, rude, et j’espère détaillé). Récemment, petite affaire d’un jour sur Twitter, la toile s’est moquée de ce bon vieux Lorant Deutsch. Le point de départ d’une journée de 7000 tweets sous le hashtag #JoueLaCommeLorantDeutsch, c’était une capture d’écran (que j’ai tweetée) faite sur le site des Goliards, qui reprenait un propos aberrant de notre « passeur d'(H)histoire(s) » préféré :

Goths

Arrêtons nous un instant sur cette magnifique suite d’affirmations à la fois péremptoires, erronées, et hors du champ même de la vulgarisation. Si on considère que Notre-Dame de Paris est le point d’orgue du gothique, il faudra alors sérieusement reconsidérer les créations postérieures, et les – de fait – trois siècles pendant lesquels le gothique « survivrait » à ce point d’orgue. L’architecture gothique, loin d’être seulement bornée aux cathédrales, a de très beaux jours après 1200 et probablement meilleurs que ceux de Notre-Dame post-Viollet le Duc. Faire la liste des cathédrales gothiques françaises, italiennes, anglaises, des monuments civils (palais de justice de Rouen) serait suffisant à le démontrer. S’il appartient parfaitement à Lorant Deutsch de vouloir dire que NDDP est la plus belle réalisation de l’art gothique, à la limite, passe encore. C’est certes un jugement personnel, mais ça n’a rien d’inadmissible dans le cadre d’une revue sur l’histoire de Paris.

Par contre, ça coince quand on lit la suite de cette citation :

– premièrement, il y a dans ce passage une forme de discours qui repose sur l’opposition essentialiste entre « culture méditerranéenne » et « culture on-sait-pas-trop-quoi-mais-du-nord » qui fait mal, notamment quand on sait que le latin (vraie langue du nord s’il en est) perdure comme langue du pouvoir, de l’église, et de l’administration pendant une bonne grosse partie du Moyen-Âge, quand on sait que les premiers royaumes « francs » et issus des migrations germaniques sont calqués sur des administrations complètement romaines (préfet du prétoire, comitatus, dux, et même le consulat, etc.), et que le souvenir de l’Empire comme idéal politique va traverser tout le Moyen Âge : Pippinides fondateurs de l’empire Carolingien, Ottoniens fondateurs du Saint Empire, et tutti quanti !

– deuxièmement, il y a ce passage exceptionnel dans lequel « les Goths » amènent l’art gothique. Il fallait le faire pour oser une bourde lexicale digne du CM1. Passé le rire, passé l’ahurissement, on se soulage en se disant que le doute n’est plus permis sur l’ineptie générale du « récit historique deutschien » (si on peut lui faire le crédit d’une telle cohérence interne). Les Goths, peuples germaniques évoluant entre la Germania et le Maghreb extrême, entre l’Atlantique et l’Egée, entre les années 250 et le VIIIe siècle de notre ère (ce ne sont pas les seuls, par ailleurs, à évoluer dans ce milieu), auraient été les géniteurs, les artisans de l’art gothique (après un long accouchement de 400-800 ans quand même, c’est ce qu’on appelle un beau bébé). Je ne vais pas *tout de suite* verser dans l’érudition spécialiste, cela desservirait en fait ce que je cherche à démontrer : un simple clic sur Wikipédia donne pour résultat :

Initialement dénommé francigenum opus (art français) au Moyen Âge, le terme gothique n’apparaîtra qu’à partir de la renaissance, une expression utilisée par les artistes italiens Antonio Averlino (Le Filarète) et Giorgio Vasari, pour désigner un art du Moyen Âge qu’ils jugeront de leur point de vue barbare et grossier.

Pas besoin d’avoir un doctorat, vous l’aurez aisément compris : le mot gothique est une invention rétrospective de la Renaissance, voyant dans l’art médiéval une forme d’expression de la germanité grossière des Francs. Ce gothique était aussi appelé « tudesques », qui a donné « tedesco » en italien pour dire « allemand ». Les bagages des Goths ne contenaient ni la voûte à tierceron, ni l’arc-boutant élancé milanais, ni le vitrail parisien, ni les flèches d’Amiens. C’est la Renaissance qui invente cette généalogie, alors que les hommes du Moyen Âge parlent plutôt d’Opus Francigenum, « ouvrage(s) à la manière des gens de Francie », si l’on veut « l’art des Francs ».

Loin d’être seul, Lorant Deutsch participe d’un milieu

Mais de fait, on n’est plus étonnés de ce que peut commettre Lorant Deutsch, qui capitalise depuis des années sur un air bien connu dans ses ouvrages comme Hexagone ou le Métronome : choc des civilisations, islamophobie essentialiste, royalisme à la petite semaine, mélange de problématiques contemporaines dans des réinterprétations de faits passés, absence de bibliographie récente, absence de bibliographie tout court, absence de notes de bas de page, absence de citation des sources même les plus élémentaires (on attend même du plus mauvais étudiant de L1 qu’il soit capable de citer la Guerre des Gaules correctement dans un devoir rédigé maison) ; le « passeur » qui se définit comme un conteur humble se hissant sur les épaules de géants sait se vendre auprès d’une nébuleuse intellectuelle dont on ne peut pas ignorer les affinités internes : il s’agit d’un cercle d’idéologues plus ou moins réactionnaires, plus ou moins mis en avant ou oeuvrant en arrière-scène : Patrick Buisson, Alain Finkielkraut, Eric Zemmour, Michel de Jaeghere, Franck Ferrand, Stéphane Bern, Dimitri Casali, Philippe de Villiers, Jean Sevilia [etc.], autant d’auteurs, parfois anciens enseignants en histoire, souvent polémiste et avant tout essayiste, thuriféraire d’un roman national sentant de près comme de loin le moisi méthodologique et politique (et je suis gentil), alternant entre le bon souvenirs de nos monarques du passé, et du régime de Vichy, la gloriole napoléonienne et la décadence de l’éducation nationale, le génocide vendée, le fléau migratoire africano-islamisant,  et toutes ces joyeusetés.

Tous, plus ou moins, sont aux commandes d’émissions de culture, éditorialistes de talk show ou intellectuels médiatiques, directeurs de publications de revues grand public, bref, ils ont les commandes d’un appareil médiatique bien rôdé, choisissent à loisir le champ de bataille et la configuration du terrain du fait de leur force de frappe : leur audience. Leurs armes : leur facilité déconcertante à triturer les faits pour produire des discours simplistes et reproductibles à l’envi par une cohorte de lecteurs parfois convaincus a priori et déjà séduits à l’avance, parfois curieux et mal préparés et donc convertis par le choc intellectuel que constitue parfois ces inventions d’eau chaude vendues comme des révélations choc ou comme des choses que l’on avait jamais voulu vous apprendre plus tôt. Leurs apologues involontaires : les autres journalistes, vendant un peu complaisamment les ouvrages des collègues en les invitant pour en faire la promotion, manquant parfois, de fait, des outils critiques pour décortiquer ce qui s’avère être des entreprises d’enfumage en série.

Le passeur Deutsch à qui nous nous intéressons ce jour sait de fait très bien se vendre à la télé : débit de parole improbable, parfois décousu mais bruyant, absence totale de contradiction de la part des intervieweurs / chroniqueurs, voire collusion pure et simple et affichée. On ne sait s’il faut lui en vouloir directement ou si finalement, c’est au fonctionnement médiatique contemporain qu’il faut s’en prendre, orienté uniquement vers le promotionnel, écartant sciemment les chercheurs de la plupart des débats scientifiques ayant une portée politique (l’histoire incluse), non pas parce que les chercheurs ne sont pas assez bons orateurs ou intéressants, bien au contraire, mais simplement car ils n’ont pas autant de chose à vendre, et qu’ils ont souvent un peu plus de choses à proposer qu’une promo normée par un agent qui a booké l’interview.

Stratégies rhétoriques

Les arguments de L. Deutsch pour écarter les critiques et balayer toute forme de remise en question de sa position sont toujours assez simples, emballés et relancés en boucle et forment un petit assemblage rhétorique malgré tout très efficace, séduisant pour le commun, en partie car il confine à la tautologie et au syllogisme. Voici une brève liste des façons dont Deutsch se défend :

« Moi ou le vide »

– Tout d’abord, Lolo affirme qu’il n’existe pas de vulgarisation historique en France (faux) et qu’elle ennuie les gens (faux, mais pour d’autres raisons) ; cette affirmation gratuite peut aisément se démonter facilement en allant dans une vraie librairie correcte, en cherchant sur Wikipédia les références principales sur les sujets majeurs de l’histoire de l’humanité, en demandant à un enseignant d’histoire du secondaire, ou de l’université, qui a toujours une bibliographie pour débutant sous la main. De nos jours, les réseaux sociaux permettent notamment cette horizontalité partielle avec les détenteurs de ces chemins livresques et bibliographiques et peuvent conseiller à tout un chacun une liste d’ouvrages facilement compréhensible pour tout le monde. En bref, des ouvrages de vulgarisation il en existe des centaines en France, l’émission « La Fabrique de l’Histoire » d’Emmanuel Laurentin, mais d’autres quotidiennes aussi (Les chemins de la connaissance) permettent de connaître lors de leur sortie tout un tas de bons livres. Pourquoi ennuierait-elle les gens, cette vulgarisation ? Parce que comme l’a brillamment démontré l’historien Nicolas Offenstadt, les télés et les radios, dans leurs segments les plus vus et écoutés, dans les show promotionnels, ne vendent que de l’histoire bling-bling : grandes figures, grands héros nationaux, clichés culturels sur telle ou telle civilisation passée, histoire de l’anecdote et du trivial, histoire rapide et pas chère.

« Je fais mieux que les autres »

– Autre affirmation deutschienne qui fait suite à la première : les universitaires sont jaloux du succès de ses livres. Il est vrai qu’il y a de quoi hurler quand un livre à ~25€ bardé d’âneries se vend à plusieurs millions d’exemplaires, alors que Wikipédia fait mieux et gratuit. Il y a de quoi hurler quand on invite sur 40 plateaux successifs le même auteur pour le même mauvais livres quand il sort bien plus de 40 bons livres d’histoire accessibles au public chaque année. Il est vrai qu’il y a de quoi hurler quand les grands groupes médiatiques, y compris du service public puisque France 5 a adapté en documentaire plusieurs ouvrages de Lorant Deutsch en lui achetant les droits, rechignent à développer des émissions culturelles sans falsificateurs. Ces vulgarisateurs, historiens de métier ou non, n’ont à vendre que leur « ouvrage » au sens littéral du terme, leur travail, leur savoir-faire, surmonté de leur passion qui ne déforme pas nécessairement le contenu de leurs écrits au point d’en faire une blague. Les livres de ces historiens et vulgarisateurs sincères sont souvent le produit de travaux de plusieurs années, en bibliothèque, sans complaisance pour le lecteur, ne le prenant pas pour un idiot, mais tentant surtout de transmettre l’actualité des connaissances en constant renouvellement ; mais ce n’est pas de la jalousie que de s’élever contre le fait que tant de promotion soit faite à du vide : c’est la légitimité du débat public sur la transmission du savoir, et la soumission de la promotion médiatique à l’argent, à l’audimat ; c’est aussi la légitimité du débat sur la mise en avant de traficoteurs de faits : il faut constamment se remémorer le débat qu’avait suscité la publication du torchon de BHL « Le Testament de Dieu » à l’époque, quand Pierre Vidal-Naquet et Cornelius Castoriadis avaient soulevé le lièvre, et cette incapacité des médias, déjà dans les années 80, à ne pas mettre en avant des productions pseudo-intellectuelles)

« Ceux qui ne m’aiment pas sont simplement des communistes »

– Cartouche suivante de la part de Lorant : les critiques émanent toutes selon lui de gens politisés « au Front de Gauche » ou « à (l’extrême) gauche » ce qui invalide l’objectivité de la critique. Dans les faits, la politisation d’un émetteur de critique n’a pas forcément à voir avec le contenu de celle-ci si la critique se borne à l’exactitude de faits. L’art gothique des Goths, un trotskiste comme un pétainiste y verront un problème de fait historique et de réalité du savoir. Que je vote Poutoux ou Le Pen n’y changera rien à cette histoire d’art gothique. Par ailleurs cet argument se retourne assez bien contre Lorant Deutsch, qui lui-même se revendique royaliste, catholique, libéral : un problème d’objectivité peut-être ? Au fond, si Lorant Deutsch ne peut produire que des arguments ad hominem pour contrecarrer ses critiques, il le fait avant tout seul, sans avoir en face de lui les auteurs des critiques dont on parle, c’est évidemment car il n’a aucun moyen factuel de répondre sur le fond.

« Je ne suis pas ce qu’on dit que je suis »

– Lorant Deutsch n’est pas « coupable » de ses erreurs et de ses approximations car, dixit lui même, il ne revendique ni ne s’attribue le titre d’historien. En réalité, il laisse souvent ses intervieweurs faire sans vraiment trop démentir. Il n’affirme pas « faire de l’histoire ». Il affirme « être un passeur d’histoire » « raconter ce qu’il aime raconter » à sa façon. Par conséquent, selon lui, on ne peut pas l’accuser de se faire passer pour un historien, même quand la couverture de son Métronome dit bien « histoire de Paris au rythme […] ». Cet argument vaudrait son poids si Lorant Deutsch se contentait de raconter ça à ses enfants, mais quand on est invité 30 fois par an et qu’on fait vendre son livre par centaine de milliers, on doit assumer d’être devenu un personnage public, avec des propos librement critiquables dans leur contenu comme dans leur emballage.

Mais est-il vraiment vulgarisateur, Lorant Deutsch ?

Pour autant : en admettant gentiment que Lorant Deutsch soit totalement au clair et sans ambiguïté sur le titre qu’il se donne ou qu’il accepte qu’on lui donne, en admettant qu’il soit un vulgarisateur comme il tente de le dire humblement, pour ma part, je ne lui accorde pas non plus ce titre.

Un vulgarisateur est un scientifique – ou non – qui tente de véhiculer, transmettre, éditorialiser dans un format simple et dans des canaux qui ne sont pas purement universitaires un [savoir] complexe, stratifié, nourri par une [recherche] auprès d’un lectorat / auditorat / public qui n’est pas spécialiste. Vulgariser n’implique pas de falsifier, vulgariser implique de ne pas restituer toute la profondeur et la complexité d’un débat scientifique, mais d’en restituer la quintessence, la substantifique moelle, en véhiculant les clés majeures de compréhension d’une question, les méthodes et les protocoles de création de la connaissance sur une question, les termes des débats qui peuvent exister sur des détails d’une question.

En bref, un vulgarisateur en histoire ne se passera jamais de sources, ni de bibliographie, ni d’illustration pédagogiques, il ne versera pas comme Deutsch dans le psychologisme, le romantisme, le pompiérisme consternant, et la « caricature utile » des acteurs et des événements.

Malgré le fait qu’il ne revendique aucun titre, Lorant Deutsch affirme cependant que tout ce qu’il raconte est « vrai » « sourcé par des auteurs très sérieux » (on ne sait souvent pas lesquels, puisqu’il ne les cite pas) etc. ce qui est faux. Un rapide coup d’oeil dans un de ses bouquins suffit à découvrir une absence totale de bibliographie, de notes explicatives, de sources référencées. Rien, nada, niet, queutchi, wallouh.

Si cet article de blog existe, c’est car la discussion s’est engagée sur Twitter à la suite de cette histoire de Goths et d’art gothique, au sujet des erreurs que Deutsch véhicule dans ses ouvrages : erreurs méthodologiques, erreurs théoriques, erreurs factuelles, on trouve à boire et à manger pour prouver simplement que loin d’être une vulgarisation, nous sommes face à de la falsification pure et simple.

Autopsie et décorticage

J’ai donc tout simplement téléchargé le Métronome (vilain garçon) et j’ai décidé de relever les erreurs. Je me suis limité pour cet article à l’Antiquité, ma spécialité s’il en est. Et la liste est longue. J’ai procédé par captures d’écran rapides des passages les plus ahurissants, dont j’entends montrer qu’ils traduisent un par un et tous mis ensemble d’une volonté de falsification majeure du récit historique. Pour rappel, le Métronome a pour ambition de restituer l’histoire de Paris depuis l’Antiquité à nos jours, au fil des stations de métro. Il est divisé en 4 chapitres chronologiques, Antiquité, Moyen Âge, époque moderne, époque contemporaine. Allez, on y va.

Plier les Gaules

Comme dit donc, le chapitre commenté dans cet article est celui relatif à l’époque antique, donc à la protohistoire celtique et surtout l’époque romaine de Paris, plus connue à l’époque sous le nom de Lutèce. Commençons.

Deutschp12

Ce passage évoque l’île de la cité. Affirmant que « toute trace originelle en a été effacée » Deutsch ignore de fait dès les premières pages de son livre tous les travaux récents et moins récents d’archéologie et d’histoire de Paris antique. Des ouvrages de vulgarisation très simples sont disponible dans n’importe quelle bibliothèque, et permettent de se faire une idée assez simple de la réalité : on connait assez bien la morphologie de l’île pour l’époque romaine. D’abord chapelet d’îlots vaseux, l’île est consolidée et restructurée au début du IVe siècle, probablement vers 308 (la date est connue grâce aux datations des poutres en bois des ponts, retrouvées en fouilles). On connait les fortifications de l’île pour l’antiquité tardive, observées au sud comme au nord, qui constituent un élément d’un complexe palatial dans lequel l’empereur Julien établit sa résidence. On connait bien évidemment tous les vestiges de la crypte archéologique, la basilique du marché au fleur, etc. , en bref, si certes le passé « romain » de l’île de la cité n’est pas visible en surface, il n’a pas été effacé, il est seulement dissimulé à la vue des passants par des constructions ultérieures. Reste qu’il est possible de visiter la Crypte Archéologique de Notre Dame qui permet de se faire une très bonne idée de l’urbanisme tardo-antique et médiéval de la zone. Seule certitude donc, Deutsch n’a rien lu sur le sujet, et procède par phrase ampoulée pour broder sur le passé disparu.

Deutschp26

On retrouve dans ce passage une marotte usuelle, l’image d’Epinal que tout le monde se fait de cette scène n’a rien de neuf. Sauf que… Vercingétorix ne s’est probablement jamais rendu « armé », il s’agit d’un contresens possible du texte de César doublé de contradictions et d’embellissements postérieurs dus à Plutarque, Florus, et Dion Cassius. On se rend *normalement* désarmé au chef ennemi. La reddition de Vercingétorix fait l’objet d’un vrai débat historique, et le grand public regrettera que Lorant Deutsch se soit refusé à lui exposer une telle incertitude pourtant enrichissante : a t-il été livré par ses alliés après une discussion ? S’est-il livré de lui-même en grande pompe ? S’est il introduit dans le camp romain pour supplier son ancien ami César une dernière fois ? Était-il accompagné d’un coffret d’armes des autres chefs pour symboliser la reddition ou était-il muni de son propre équipement de pied en cap ? La reddition du chef armé était-elle un rituel celtique préexistant consistant à vouer à la vindicte ennemie le leader vaincu ? Bref, un débat historique repris surtout au XIXe siècle dans l’imagerie populaire, dont Deutsch semble s’inspirer librement pour ne pas souligner l’incertitude de la réponse. Là encore, le vulgarisateur fait un choix dommageable pour qui prétend « faire aimer l’histoire » : Deutsch n’apprend rien d’autre que ce qu’on raconte dans un petit manuel d’histoire d’école primaire de la fin du XIXe siècle. Autant dire qu’on peut s’économiser quelques euros.

Autre erreur : Vercingétorix n’a pas été exécuté 3 ans après Alésia mais en 46 av. J.-C. (6 ans donc) ; en 49, César venait alors de franchir le Rubicon, fondant sur Rome et chassant de fait Pompée de la capitale ; en 48 il défait Pompée à Pharsale, qui fuit en Egypte pour y être assassiné par Ptolémée ; César y rencontre Cléopâtre, fait sa guerre en Asie (« Veni, vedi, vici »), et ne rentre à Rome qu’ensuite ; Vercingétorix est exécuté lors du quadruple triomphe de César. Il semblerait que cette erreur ait disparu des éditions ultérieures du Métronome. On remerciera Lorant Deutsch d’avoir à l’occasion ouvert un vrai livre d’histoire.

Deutschp27

On retrouve dans ce passage quelque chose de pathologique chez Lorant Deutsch, qui relève du même procédé lexical que pour l’art gothique : ici Deutsch confond identité ethno-culturelle (« je me sens gallo-romain » – « je me dis gallo-romain » – « le terme de gallo-romain est une réalité ancienne ») avec le terme scientifique de « civilisation gallo-romaine », en soi commode mais un peu discutable (les Gaules romaines ont-elles vécu différemment la « romanisation » que l’Espagne, ou la Bretagne, ou l’Afrique du nord ?) ; la Gaule n’est pas « devenue gallo-romaine ». La Gaule Chevelue, espace décrit par César, a été annexé à l’empire territorial romain, divisé en provinces, les trois Gaules, créées sur un territoire que César fait correspondre à ce qu’il pense être la souche celtique gauloise, à la suite d’une conquête. Elles sont notamment intégrées par des réformes structurelles et juridiques voulues par Auguste, ou Claude notamment. C’est la convergence, notamment religieuse, entre identité romaine et identités celtiques qui permit aux historiens de parler de « civilisation gallo-romaine ». Pinaillage ? Assurément pas : le public mérite mieux que de s’entendre dire que les Gaules sont devenues romaines en un claquement de doigt, d’autant plus que l’usage du terme laisse le flou quant à la nature de ce « mélange » entre gallo et romain.

Deutschp29

Il y a un principal problème à ce passage : on ignore globalement, à peu de choses près, où se situait l’agglomération fortifiée des Parisii, quelle était exactement leur économie, si elle était spécifiquement axée sur la Seine ou pas, etc. ; Deutsch extrapole ici rapidement et commet ce qu’on appelle un « déterminisme géographique » pour proposer un fonctionnement économique à la Lutecia antique. On a peu de preuves d’un impôt de type « octroi » sur le passage de la Seine. Il contredit par ailleurs sa première affirmation d’absence de documentation sur l’Ile de la Cité. Ce genre de discours pris isolément n’est pas en soi gravissime. Admettons. Mais il procède en réalité d’un schéma général chez Lorant Deutsch : l’idée que Paris a toujours été destinée à devenir un poumon économique du fait de la présence de la Seine. Ce qui est loin d’être une évidence absolue.

DeutschCité

Ici, on attrape Lorant Deutsch dans ses contradictions profondes : comment sait-il au fond à quoi servait l’île de la Cité et comment elle était organisée après avoir affirmé qu’il n’en restait rien ? Il y a une contradiction majeure, laissant à penser que son livre a surtout été écrit d’une traite, sans vraiment se renseigner avant d’affirmer des choses. De fait il y a surtout des grossières erreurs :

  • le palais fortifié à l’ouest de l’île date du IVe siècle ap. J.-C., et pas du Ie s. ap. J.-C.
  • Il n’y a pas de séparation entre « autorité terrestre et pouvoir céleste » dans le monde romain. Il n’y a pas de clergé constitué. La religion est fondée sur l’obligation de la pratique juste et bien faite, l’orthopraxie prescrite par les rituels traditionnels. Les magistrats sont des prêtres, les prêtres sont des magistrats, la cité est toute représentée et intégrée dans un commerce avec les divinités. De plus de fait, le palais n’est contemporain sur l’île d’aucun temple romain connu.
  • Les « autorités » romaines du haut-empire n’avaient pas un grand cas à faire de Lutèce qui n’est capitale de rien du tout à l’époque : elle n’est que le chef-lieu de la cité-tribu des Parisii, petite subdivision territoriale de la province de Lyonnaise, voisine de peuples bien plus puissants : Meldes, Senons, Carnutes, Aulerques Eburovices.
  • Comment pouvait-il y avoir un « temple » « agrandi et embelli » alors même que Deutsch affirme que l’île est mal connue, et qu’il explique quelques pages auparavant qu’on ne sait même PAS où est la ville gauloise des Parisii (qu’il situe à Nanterre lui-même) ? Comment un tel temple pourrait-exister alors qu’il n’a pas été découvert et que l’île de la Cité n’est qu’n chapelet vaseux sans constructions monumentales avant les années 300 de notre ère ?

En bref, la présence d’un temple jovien (= « dédié à Jupiter ») sur l’île de la Cité n’est pas avérée strictement et définitivement, d’autant plus que le cœur de la ville n’est pas sur l’île durant le haut-empire, mais… Au sud de la Seine ! Lutèce est avant tout une ville de la rive gauche, dont le coeur se situe rue Soufflot. Certaines traces y sont elles vraiment visible. Mais Deutsch ne nous en parle pas vraiment…

Nautes

Deutsch évoque ici le célèbre « Pilier des Nautes » superbe pièce exposée au Musée de Cluny. Cette inscription monumentale de la corporation des nautes (naviculaires) et des utriculaires (transporteurs d’outres) a bien été retrouvée sur l’île, mais dans les fondations d’un bâtiment médiéval, en réemploi, et donc pas du tout en position « primaire » à l’emplacement qui était le sien au moment de son érection. Le pilier n’a pas de provenance primaire établie avec certitude. Lorant Deutsch commet par ailleurs une immense bourde de latin et montre une méconnaissance profonde de la religion romaine : Tibère n’est pas désigné comme OPTIMVS MAXIMVS (très bon très grand) dans l’inscription, c’est seulement et uniquement Jupiter (dont on connait le culte à Jupiter Optimus Maximus à Rome et dans l’Empire) ; Deutsch plaque ici volontairement son petit délire sur le culte impérial et sur la grandeur des souverains. Ou bien montre seulement qu’il n’a jamais ouvert UN SEUL livre d’histoire romaine. Pas un seul.

JésusParis

Là, on commence à rentrer dans un truc fractalement perché, dans un livre sur l’histoire de Paris. Commençant par une sentence historique irrévocable, l’immortalité de Paris et de son emplacement (j’aimerais que Deutsch ait vécu à Babylone ou à Ur, Uruk, Lagash, Kish, Thèbes ou Sparte, et ait écrit les mêmes platitudes). Je vois aussi très mal à titre personnel comment Jésus, juif parlant Araméen en Judée, lors de sa naissance, a pu fêter d’une quelconque façon la naissance de Lutèce. On tient ici à noter le petit problème de délire catho qui traverse les lignes de Lorant Deutsch, Jésus étant celui qui « remet à l’heure les pendules du temps ». Il faut rappeler à notre bon vieux Lorant que lors de l’exécution de Jésus de Nazareth, supposément en 33, le monde entier s’en tape et on est loin d’imaginer le plus petit quart de dixième de succès d’un courant de pensée religieux qui est alors une secte au sein de la nébuleuse juive d’orient. Tout comme on n’est pas en mesure de prédire le futur de Lutèce à l’aune de la petite ville romaine de la montagne Sainte Geneviève. Il y a donc ici ce qu’on peut appeler une téléologie primaire : un raisonnement à rebours du temps, cherchant à prédire un passé qui s’est déjà produit, à retrouver à tout prix dans tout soupir des choses la traces d’un futur inexorable.

Nautes2

Ici, retour sur le pilier des Nautes : Deutsch sait en fait visiblement parfaitement que le pilier a été trouvé en réemploi dans une maçonnerie, il ne sait tout simplement pas ce que ça veut dire. Dommage. Il faut se relire Lorant, et surtout, il ne faut pas confier l’écriture de ton bouquin à Emmanuel Haymann !

Occupant

A ce passage, j’avoue avoir été victime d’un bug massif dans mon processeur interne. « Lutèce voulue par l’occupant romain », sur l’île de la cité, et au IIe siècle de surcroît !!! Par où commencer ?

  • Par le fait d’une fois de plus se tromper pour l’emplacement du coeur de la ville de Lutèce (qui globalement s’étale sur les pentes de la montagne Sainte Geneviève, rue saint Jacques, Soufflot, etc. et vers la Bièvre, et non sur l’ile) témoigne d’une OBSESSION pour le fait de placer les origines de la ville sous Notre-Dame.
  • « L’occupant romain » est un passage cocasse : Rome n’a pas colonisé ni occupé la Gaule comme la France a colonisé l’Algérie, ou comme le IIIè Reich a occupé la France. La romanisation des élites gauloises s’est fait dans un consensus amenant les élites celtiques à se romaniser par le droit, par la citoyenneté romaine, par l’instauration d’institutions civiques romaines (ordre des décurions, magistrats locaux, corporations, culte impérial, latin, justice provinciale, etc.) ; il n’y a pas eu d’occupation, mais consensus et acculturation. C’est une énorme différence. Le choc des civilisations n’a pas eu lieu exactement comme Deutsch l’entendrait.
  • Encore une fois, la chronologie c’est un truc têtu ! Lutèce n’est pas fondée au IIe siècle de notre ère, puisque le pilier des Nautes, attestant d’un culte de Jupiter Optimus Maximus sous Tibère à Lutèce, montre qu’il existe un sanctuaire monumental dès les années 14 – 37 ap. J.-C., soit assez tôt, et au Ier s. ap. J.-C., pas au IIe.

GalloRomaine

On n’y comprend plus rien : Deutsch fait ici le récit de la bataille entre Titus Labiénus et les Parisii au début du livre. Il la situe à Nanterre, mais les romains auraient détruit le Paris des origines, qui n’était en fait pas Paris. On perd le fil, et surtout on perd la tête face à des affirmations terribles d’ignorance :

  • Les divinités gauloises ONT survécu à la conquête romaine, César reconnaît dans le panthéon gaulois une dizaine de dieux qui sont interprétables comme des dieux proches des dieux romains : Mars, Mercure, Jupiter, etc. par ailleurs une quantité considérable de sanctuaires gallo-romains ont été découverts attestant des dieux hybridés : Mercure Solitumaros, Apollon Moritasgus, Mars Mullo, Sucellus, etc. etc. ; les dieux gaulois tels qu’Epona ont survécu pendant près de 3 siècles par endroit.
  • La langue gauloise aussi, avec notamment un document célébrissime, la tuile de Châteaubleau, qui contient un texte en gaulois de 11 lignes, daté du IIIe siècle APRES Jésus Christ. Un s i m p l e livre d’une collection grand public lui aurait appris, un simple détour par le musée d’archéologie nationale de St Germain lui aurait appris.

En bref, encore une fois, Lorant Deutsch brouille complètement les faits pour son lecteur, qui n’apprendra jamais rien de l’originalité du monde romain provincial ni de Paris en lisant un tel déroulé d’anachronismes grossiers et trompeurs. Deutsch est obsédé par le choc civilisationnel et l’effacement culturel, et ça se ressent durement chez ce catholique angoissé.

Gauloises

Cf précédemment. En ajoutant que l’identité Gauloise, c’est un peu du flan : s’il y a bien une culture celtique commune, matériellement et linguistiquement (culture de La Tène, succédant à la culture de Hallstatt), il est difficile d’attribuer aux territoires celtiques, gaulois s’il en est, une identité commune : politiquement morcelée, militairement désunie, institutionnellement pas vraiment documentée autrement que par César (trèèèèès objective comme source), l’identité Gauloise on se torche avec. Petit écho contemporain de l’identité nationale ? Nos ancêtres les gaulois, ça sent le rance.

MonumentsGaulois

Là encore on retrouve la parabole essentialiste de L. Deutsch : tout serait selon lui essentiel à l’ethnie, il y a une identité gauloise et les Gaulois n’ont jamais rien construit. C’est con comme la Lune, mais comme je l’expliquais : ce sont bien des gaulois, des habitants des provinces des Gaules, qui ont accepté (pas forcément après une demande poliment formulée, de fait) la culture romaine : si certes les celtes n’ont pas livré d’architecture monumentale, ils ont livré une documentation archéologique phénoménale : Corent, Ribemont sur Ancre, Bibracte et son formidable murus gallicus, Alésia, etc. ; Deutsch veut du marbre blanc, il n’en a pas trouvé, les Gaulois n’ont rien bâti, fin de démonstration. On sera bien plus informé et renseigné et pour moins cher en achetant quelques numéros de Archéologia ou Dossiers d’Archéologie pour 7 ou 8€. Ou en achetant un Que Sais-Je. Autant de références grand public que Lorant Deutsch gagnerait à lire avant d’écrire.

Germains

Encore une fois, le choc des civilisations sert d’homme de paille et de figure stylistique et rhétorique. Deutsch ne conçoit l’histoire que comme une suite inéluctable d’affrontements radicaux, de batailles de remplacements ethniques et de migrations. De fait Deutsch pense comme un mythographe grec de l’époque archaïque : aux Achéens ont succédé les Doriens, les Ioniens, etc. ; Les Germains n’avaient probablement à l’époque de la conquête des Gaules aucuuuune velléité de « conquête » (au nom de qui ? de quelle institution ? de quel Etat ?), et si éventuellement de migration d’après César (qui au demeurant sont assez fréquentes pour être d’abord un mode de vie, et pas un mode de prédation économique et militaire), rien ne dit que ce n’est pas une figure de rhétorique employée par le chef romain pour justifier de ses actions et légitimer sa montée vers le Rhin. La Germanie n’était pas « en marche », la Germanie était assez bien confinée derrière le Rhin, dans ses centres défendus. Les Parisii n’ont jamais eu à faire un choix entre germanisation et latinisation. Et n’auraient probablement jamais eu la faire. L’uchronie sert bien Deutsch ici, mais n’a aucun sens, ni aucun intérêt intellectuel et semble ici faire écho à tout un discours faisant des Romains les sauveurs forcés des Celtes acceptant de s’ouvrir aux lumières du monde méditerranéen pour contrer les Germains. Une étiologie de la soumission culturelle qui a des allures de discours de la revanche post-1870…

ArenesLutece

*BUZZZZ* : Les Arènes de Lutèce ne sont pas :

1) un amphithéâtre à proprement parler, mais un théâtre-amphithéâtre

2) le plus beau (ni grand) édifice de type amphithéâtre de la Gaule. Nimes, Arles, Cahors, Lyon, ça vous parle M. Deutsch ? La décoration des arènes de Lutèce est globalement pas très bien connue et n’a rien de comparable en terme de qualité avec ce qu’on trouve au sud de la Gaule, ou dans des cités un peu plus parées.

Et :

3) On connait mal l’architecture réelle du monument, puisque l’essentiel de ce qu’on en voit aujourd’hui est une restauration moderne (qui ne porte pas par ailleurs de parure architecturale antique qui aurait permis à Lolo de s’imaginer autre chose qu’un fantasme personnel)

End.

ColonisésArènes

Moui moui la puissance de Rome dans un édifice pas très grand, qui ne ressemble pas vraiment aux arènes classiques qu’on trouve dans le sud de la Gaule ou en Italie (allez voir Capoue bon sang ! Ou le Colisée !). C’est surtout un bricolage local, comme beaucoup d’édifices de spectacles en Gaule. Passons le cliché sur les orgies romaines. Passons encore une fois le gros délire colons – colonisés qui fait écho vibrant aux « aspects positifs de la colonisation » très en vogue dans la droite contemporaine.

ArenesLutece280

En fait, plusieurs textes nous disent que les Arènes sont encore debout au Ve siècle ap. J.-C., car on y tient parfois des assemblées politiques, notamment Clovis y fait un petit tour. Il y a bel et bien eu une nécropole par contre.

Parisorum

Ceci est : crétin. De fond en comble.  Ce délire de ségrégation spatiale entre des Romains et des Gaulois est ahurissant à tellement de niveaux qu’on se demande où il a bien pu être lu :

  • A partir de 212 ap. J.-C. (Deutsch parle ici du IIIe – IVe siècle), tous les hommes libres de l’empire sont citoyens romains, en vertu de l’Edit de Caracalla (appelé aussi Constitution Antonine). Mais ça, Deutsch n’en parle pas vraiment, et préfère substituer un élément de connaissance pourtant intéressant par une horreur historique totalement infondée.
  • Cet édit est passé pour entériner l’idée que : tous les habitants de l’empire sont romanisés proprement, il n’y a plus de raison d’induire des différences de statuts entre libres citoyens, libre pérégrins, libres soumis au droit stipendiaire, étrangers. Seuls les esclaves demeurent infériorisés par leur statut de bien meuble. Il n’y a jamais eu de division spatiale entre des quartiers romains et gaulois.
  • C’est crétin, historiquement faux, et improuvable (je me ferais un plaisir d’emmener Deutsch sur un chantier de fouilles pour qu’il me dise quelle maison est habitée par un romain d’une maison habitée par un gaulois pas citoyen romain, la distinction m’intéresse vraiment, les critères aussi).
  • La ville prend son nom de Civitas Parisorum au IVe siècle, c’est pas un débat compliqué. C’est un phénomène omniprésent dans la Gaule Romaine : beaucoup de cités reprennent le nom de leur ethnique. Civitas Mediomatricorum pour Metz, Cadurca (les Cadurques) remplace Divona pour Cahors, etc. etc.

Ce passage est donc à proprement parler une falsification caractérisée.

VilleGaullois

Nope, tout n’est pas forcément lié au cardo maximus. Ca aide mais bon, c’est un raccourci. Le cardo n’apprend pas aux Parisii comment la ville se construit, pour la simple et bonne raison que ce sont eux qui la construisent, avec l’aide d’architectes romains très certainement, mais dans un contexte ou ils savent ce qu’ils veulent. Par ailleurs, les Gaulois savaient ce qu’était une ville, même avant la conquête. L’absence de marbre et de plan orthogonal ne fait pas l’absence de l’urbanité. Lorant Deutsch aurait pu parler des travaux récents sur l’urbanisme protohistorique des Celtes, mais s’est visiblement abstenu de lire et d’écrire à ce sujet. Dommage ou pas ?

Denis

Là on rentre dans du WTF à large spectre.

  • Les hagiographies sur les évangélisateurs sont toutes douteuses, soumises à une critique de fond et de forme, et sont toutes des réinterprétations et des narrations médiévales a posteriori. Le coup du missionnaire envoyé par Rome comme on enverrait un Jésuite en Chine, c’est chaud patate. Deutsch ne connait manifestement pas le principe d’hagiographie, de vie des saints, qui a de fameux jours au Moyen Âge, mais qu’il faut surtout éviter de considérer comme relevant d’une historicité établie. Les récits hagiographiques ont tous plus ou moins la même structure, et servent la communication politique des souverains chrétiens et de leur milieu de cour bien des siècles après la mort des martyrs chrétiens évoqués.
  • L’historicité de Saint Denis n’est même pas prouvée.
  • Le christianisme est une religion orientale, n’a pas pour coutume de se choquer des moeurs romaines puisque les chrétiens sont souvent des citoyens romains tout ce qu’il y a de plus normaux ; l’évêque de Rome ne réside pas au Vatican dans un palais, il se cache et ne revendique pas son titre auprès des autorités. C’est un citoyen souvent sénateur qui vit d’une manière tout ce qu’il y a de plus conventionnelle. Le délire sur les faux dieux est une réélaboration tardive sonnant comme une dénonciation du paganisme romain décadent. Biais historiographique, biais de source.

Encore une fois, Lorant Deutsch semble tout ranger dans des grands blocs, des grandes cases, identité romaine, identité machin, identité truc. On se fatigue à s’imaginer à quel point il faut déconstruire ce genre de narrations falsifiées auprès des gens qui ne sont pas des spécialistes et qui gobent ça. L’histoire est plus compliquée que ça, et pas suffisamment compliquée pour ne pas formuler des nuances !

religionDenis

Non : l’empereur n’est pas vénéré en personne. Son Numen et son Genius le sont. L’empereur n’est divinisé qu’à sa mort, sur vote du Sénat. On vénère les Divi Augusti, les divins augustes, mais pas les empereurs vivants. Auguste en son temps refusait qu’on lui élevât des temples juste pour lui. Les chrétiens s’intéressent au temporel, puisque l’évêque de Rome a vocation à asseoir une légitimité politique face à un empire qui occasionnellement bute du chrétien. Les chrétiens refusent le fait de sacrifier aux empereurs divinisés, comme les juifs (sauf que les juifs ont un traité spécial qui leur permet de sacrifier une boulette d’encens pour faire genre), car ils ne reconnaissent qu’un seul dieu. Néanmoins ils participent souvent aux fêtes civiques classiques. Par ailleurs, « il faut rendre à dieu ce qui est à dieu et à César ce qui est à César » est une exhortation de Jésus envers ses disciples pour ne justement pas troubler l’ordre public. Utiliser cette locution biblique pour une telle situation est soit de la pédanterie, soit un contresens énorme.

DenisDécap

Si, si, un magistrat ou un responsable romain est parfaitement capable de comprendre un discours religieux, même monothéiste, car il y est confronté depuis des siècles. Fescennius comprend parfaitement, mais Denis fait juste crime de lèse-majesté et trouble l’ordre public. Comme Jésus en son temps, on le dézingue parce que c’est la loi, pas parce que le païen est un violent tueur de gentils chrétiens.

257RomeVaplus

En 257, pas vraiment. Depuis 253, Valérien et Gallien règnent sans partage et en corégence. Les épisodes de Trajan Dèce et Trébonien Galle, Emilien et Volusien (et un certain Sylvannacus), sont passés, ils ont stabilisé une situation qui s’était déréglée sérieusement depuis 235. L’empire n’est l’objet d’aucune sécession majeure. Gallien règne même jusqu’en 268, ce qui en fait, avec 15 années de pouvoir, un des règnes les plus long du IIIe siècle (Sévère Alexandre : 13 ans, Dioclétien : 20 ans, Septime Sévère 18 ans). Il y a là le bon vieux poncif de l’Empire romain du IIIe siècle qui ne serait qu’un marasme anarchique et insécurisé à cause des barbares, et bon soyons honnêtes ça va cinq minutes les banalités, on trouve mieux sur Wikipédia et chez Michel Christol, même pour un amateur complet on trouvera mieux dans un Que Sais-je à 8€.

Gallien

Les empereurs se succèdent et… Encore heureux ! Le problème eut été qu’ils ne se succèdent pas ! Rappel : avec la mort de Sévère Alexandre s’ouvre le règne de Maximin le Thrace. Il dure 3 ans, est éliminé par les armées de Pupien et Balbin et c’est Gordien III qui prend le pouvoir, proclamé par la garde prétorienne en 238 et jusqu’en 244. Gordien III réussit à cette date là à connement se faire tuer en voulant mener une guerre contre les Perses. Philippe l’Arabe lui succède (nous sommes en 244). vient ensuite une période vraiment compliquée entre 249 et 253, marquée par une forte instabilité. Trajan Dèce meurt au combat contre nos chers Goths en 251 et Trébonien Galle, son successeur, ne dure pas plus longtemps. S’en suit l’année de Volusien et d’Emilien, qui se conclut sur l’arrivée au pouvoir de Valérien avec ses légions de Pannonie. Valérien lance en effet en 260 une guerre de défense contre les perses, Gallien le soutient pleinement et règne à Rome en son absence. Valérien meurt, mais Gallien n’a en fait aucun intérêt à voir disparaître son père qui a stabilisé le pouvoir et les armées. Voir un opportunisme de Gallien est vite dit : dans son autobiographie, le roi Sapor Ier, vainqueur de Valérien, explique clairement qu’il n’en a pas grand chose à branler de ce que Gallien veut : il se sert de Valérien comme d’un marchepied pour son cheval, le torture, l’écorche et le fourre de paille pour en faire un épouvantail. Sapor n’attendait rien d’une rançon de Gallien, car il était en position de force après avoir maravé coup sur coup Gordien III, les armées de Trébonien Galle et Valérien. Je sais que les Perses sont fourbes, mais de là à raconter n’importe quoi sur des événements bien connus, c’en est à se lasser…

empireTardif

Rome est toujours Rome. Rome vit très bien au IIIe siècle, malgré les difficultés. Les complots ne datent pas vraiment du IIIe siècle (Claude, Séjan, Corbulon, Néron, Vindex, Galba, Othon, Vitellius, Commode, Geta et Caracalla, etc.), c’est endémique du pouvoir impérial romain. Aucune décadence ou dégradation des « moeurs politiques » (définition ?), la catastrophe pour l’empire n’est ni dans les mentalités, ni dans les faits. 410 sera un choc. La mort des empereurs au combat est une nouveauté, mais Rome reste Rome, et Rome survit jusqu’en 476, et l’empire d’Orient s’appelle l’Empire de Rome, l’idée même de Rome et de Romanité vit longtemps après le IIIe siècle. L’empire se morcelle par des velléités d’usurpation, mais on est loin de l’indépendantisme basque ou corse.

EmpreDesGaules

Ah, on revient à l’histoire nationale. Après avoir raconté du caca sur l’empire romain tardif, Deutsch essaye d’évoquer ce qu’on appelle communément « l’Empire Gaulois », abus de langage dont aucun étudiant en L3 n’est dupe : il s’agit d’un terme conventionnel qui n’a aucun rapport avec l’identité gauloise, l’indépendance de la Gaule. Postumus est simplement un énième général qui veut le pouvoir à Rome, et qui prend le pouvoir localement grâce aux armées frontalières qui le proclament. Postumus n’est pas « empereur de la Gaule » il est « restitutor » de la Gaule, pas parce qu’il se sent spécialement centré sur la Gaule, mais parce qu’il a vaincu des envahisseurs, et tous les empereurs du IIIe siècle se revendiquent restitutor d’une province quand ils y ont fait la guerre : les monnaies avec des Mars Propugnator (qui repousse l’ennemi), ou  » [Province] restituée » pullulent littéralement dans la communication impériale, qui passe beaucoup par les monnaies qui payent les troupes. La couronne d’or n’a rien de spécifique à Postumus : il s’agit de la couronne radiée présente sur toutes les monnaies impériale de type antoninien depuis Caracalla. C’est un classique depuis les années 210 après JC. (nous sommes en 260 ici).

Postumus

Si, il cherche à arriver à Rome. C’est le principe de toute usurpation. Il n’en a simplement pas les moyens, et la situation stagne pendant 9 ans, mais jamais Postumus n’a eu l’idée de fonder un empire à part. Encore heureux qu’il ne remette pas en cause son appartenance à la romanité : c’est un général romain ! Deutsch confond ici l’idée de frontière et d’état nation, installer une frontière militaire en cas de sécession n’est en rien la déclaration d’indépendance d’un état différent. C’est un état parallèle, illégal-mais-ayant-vocation-à-se-légitimer.

Postumus2

Nope, Postumus ne creuse aucun fossé. Cf précédemment. Postumus est simplement un Vespasien ou un Valérien qui n’a jamais réussi à finir ce qu’il avait commencé.

TroupesGallo

Les troupes sont romaines, pas gallo-romaines : aucun lien ethnique entre légions et territoire de stationnement. Les troupes sont romaines, parce que constituées de soldats citoyens romains. Halte aux poncifs ignorants sur l’identité, par pitié.

MariusVictorinus

Postumus est assassiné, mais ce n’est pas Tetricus qui lui succède directement. Il y a d’abord Marius, puis Victorinus.

LuteceAurélienParis

Pas encore. Paris, c’est au IVe siècle très probablement. L’île de la cité n’est pas encore fortifiée, et ce n’est qu’à la fin du IIIe que la maille urbaine se rétracte progressivement. De toute façon, Lutèce était une petite bourgade. Ce n’est pas Lyon, ni Augusta Treverorum.

CONSTANTINDIOCLETIEN

La lassitude se ressent chez moi. Constantin ne délègue rien du tout.

C’est Dioclétien qui instaure à partir de 285 un système qu’on a appelé la tétrarchie. 2 empereurs augustes, et 2 empereurs césars subordonnés se partagent l’empire. Les Augustes ont un mandat de 20 ans, ils abdiquent à la fin de ces 20 ans et les Césars prennent leur place pour devenir Augustes et se choisissent à leur tour des Césars. Dioclétien réforme complètement les provinces et l’empire, l’administration, il désigne plusieurs capitales. Il abdique en 305. Et là c’est Constantin et Maxence qui foutent la merde : refus des collègues de Dioclétien d’abdiquer, volonté de nommer leurs fils César alors que d’autres étaient pressentis, bref, à partir de 307, Constantin fait TOUT pour diriger seul : il élimine Maxence au pont de Milvius et ne règne seul qu’à la mort de Licinius vers 324. L’empire ne se morcelle pas : il est d’abord sectorisé par Dioclétien, et réuni de fait par Constantin.

LiciniusOrient

Consistance historique donnée à l’épisode du pont de Milvius tout à fait mythifié. Constantinople n’est fondée qu’en 325, après la mort de Licinius.

JulienCitéLutece

Je me demande combien de dizaines de campagnes de fouilles j’ai manqué sur l’Ile de la Cité pour ne pas savoir comment était l’architecture de la villa de Julien !!!! Plus sérieusement, ce genre de description confine au ridicule et ne repose sur rien d’autre que l’imagination romanesque de Deutsch.

GauloisJulien

Les Gaulois sont en grande partie citoyens romain depuis plus de 300 ans. Ils le sont tous par édit depuis 150 ans. Mais ils n’ont pas la culture policée huhuhu. Intéressant : cette fois ci, contrairement à une des premières affirmations qui disait que les gaulois perdaient tous leurs dieux, Julien se retrouve face à des dieux inconnus des nobles romains (o__o) ? Deutsch ne s’est manifestement pas relu. Et ça se voit. La dernière phrase est délirante. On va promener Deutsch dans les thermes de Cluny pour lui donner du « barbare » ? On va lui remontrer le pilier des Nautes de ses beaux gallo-romains ? On va le lâcher dans les arènes de Nimes ? On peut aussi l’emmener à Mandeure, à Argentomagus, au musée de Sens, etc.

Merovée

Attention on a le droit à une des plus graaaandes théories de Deutsch : Loewer, voulant dire « tour » en francique, désignerait la première tour de siège des Francs au nord de Paris, sur l’emplacement du Louvre ! Deutsch s’improvise linguiste dans une passade qui n’a rien de fondé et d’établi ni par les sources, ni par l’étymologie directe.

Par ailleurs l’existence de Mérovée n’est pas prouvée historiquement.

RomulusAugustule

Deutsch essaye de faire l’original, mais on dit plutôt Romulus Augustule, que Flavius Augustule (Qui s’appelle Romulus Flavius Augustule). Je chipote, mais ça confine à la fausse pédanterie.

Loewer1Loewer2

Encore un procédé rhétorique fascinant :

  • Deutsch postule que Loewer = ancêtre etymologique de Louvre.
  • Il postule donc qu’une première tour d’époque franque existait
  • Il décide donc que cette première « tour » (mot générique) est installée à l’emplacement du « Louvre » futur, construit 700 ans plus tard. BADABOUM.
  • Passsooooons encore une fois sur son délire d’opposition entre « mecs du nord » et « influence gallo-romaine »)

Ou, comment donner une fausse historicité à une hypothèse linguistique non prouvée. Well done Lolo !

ClotaireEtats

L’unité des états est un anachronisme qui confine à assimiler la monarchie franque à la France moderne du XVIe – XVIIe siècle en terme de prospective administrative et territoriale. On sait Deutsch royaliste et convaincu de la nécessaire continuité culturelle de Clovis à Louis XVI. Cette nouille est même pas capable de bien le cacher. En bref, Lorant Deutsch vogue et alterne : tantôt il utilise des ampoulades et des termes ronflants complètement désinformés, visant à combler un vide de connaissances et de lectures, tantôt il emploie volontairement des termes extrêmement spécifique mais relevant d’une toute autre période historique pour confondre le lecteur.

ClotaireCentralisé

Les Francs ne sont donc plus des barbares mais finalement des mecs capables de former un état centralisé solide au Ve siècle ? Et attention, car Lorant Deutsch dit ça 2 pages avant d’évoquer les massacres de succession entre frères neveux cousins et oncles, c’est la cohérence faite homme. Un rapide tour chez les modernistes voire chez les contemporanéistes s’impose pour comprendre ce qu’est un état moderne centralisé, qui n’est pas une réalité contemporaine de l’époque mérovingienne

Je suspends là la chose : vous aurez bien compris que l’époque médiévale ne semble pas plus épargnée que l’Antiquité par l’ouvrage…

Conclusion

Voilà, on a environ 90 pages de Deutsch ici. Je n’ai pas compté le nombre total d’erreurs que le livre contient, il va même de soi que certaines sont omises dans cet article, par flemme, par refus du pinaillage absolu, notamment sur des passages lassants et vides d’intérêt (plus que ceux cités ici) sur le plan du style. Mes compétences diminuent avec le Moyen Age occidental, mais on y trouverait nécessairement des âneries.

On comprendra aisément que le Métronome comporte en quelques pages l’ensemble des procédés sémantiques et rhétorique employés par Lorant Deutsch pour véhiculer sa vision : même dans une période a priori reculée, peu connectée aux enjeux contemporains, loin de la Révolution Française, loin de la monarchie catholique qu’affectionne Lorant, on décèle un schéma global de pensée et de narration qui confine à la falsification, tantôt générale, tantôt ponctuelle, de l’histoire, qu’elle soit de France ou non. Cette falsification passe par différents procédés. On y voit parfois des erreurs grossières, montrant l’hétérogénéité ou l’absence de lecture structurant le propos. La faiblesse documentaire à l’origine de cet ouvrage se double tantôt de contradictions internes, montrant aussi la douloureuse réalité : Lorant Deutsch n’écrit pas tout seul ses livres, il est évidemment aidé par un polygraphe dont le nom est connu, Emmanuel Haymann, et les irrégularités de style et petites incohérences internes en sont à mon sens une des traces, une des preuves, une des conséquences évidentes. Autre procédé de falsification, les torsions volontaires des faits, par la mise en place d’un discours essentialiste, culturaliste, fondé sur le choc des civilisation ; la téléologie est chez Deutsch constante : il y a une inexorable succession de faits du passé permettant de prédire le présent inéluctable, en bref, l’idée d’un dessein et d’un destin qu’il conviendrait de retrouver dans l’histoire. Pour Lorant Deutsch, Paris devait devenir Paris, il n’y avait aucune raison qu’elle n’advienne pas, comme si Dieu ou le destin avait posé sur la Seine un lieu favorisé par la grâce. Pour Lorant Deutsch, tout n’est qu’au service de l’advenue d’un monde chrétien triomphant, ainsi qu’une suite d’effacements et de remplacements culturels brusques et nets.

En bref, Lorant Deutsch n’est pas un vulgarisateur, mais un petit trafiquant des faits. Il les trafique parfois par méconnaissance pure de la bibliographie grand public, parfois par pur intérêt idéologique. Le tout est servi dans un ensemble au style douteux, voire lourdingue, qui n’est clairement pas autre chose qu’une forme de façon de faire croire au lecteur non-initié qu’il lit quelque chose de bien parce qu’est dit avec emphase.

Liste non exhaustive des erreurs repérées par d’autres que moi dans l’ouvrage :

– page 128 : Aucun historien ne fait état d’amours coupables entre Dagobert et Saint Eloi.
– page 132-133 : A l’époque, la polygamie n’était pas réprimée fortement. Il a fallu attendre plusieurs siècles, le Xe-XIe siècle notamment. Charlemagne a vécu avec de nombreuses concubines et épouses en même temps.
– page 134 : La charrue à bœoeufs est visiblement une invention d’Eginhard, premier biographe de Charlemagne. Il s’agissait de dévaloriser les Mérovingiens. C’est de lui qu’est venu le mythe des « rois fainéants ». Biais historiographique.
– page 218 : Philippe Auguste a été sacré en 1179, car il a été associé au trône du vivant de son père, Louis VII, qui est mort l’année suivante. Philippe Auguste n’avait que 15 ans à la mort de son père. S’il a été surnommé Auguste, c’est juste parce qu’il est né en août.
– page 247 : L’Hôtel de Ville de Paris a été agrandi en fait sous Louis-Philippe, incendié lors de la Semaine Sanglante en mai 1871, puis reconstruit quasiment à l’identique entre 1874 et 1882.
– page 250 : L’emploi de l’expression « monarchie absolue » est très anachronique. Mais ça Deutsch s’en fout.
– page 257 : La revendication officielle de la Couronne de France a été plus tardive. Ce n’est qu’en octobre 1337 qu’Edouard III ne reconnaît plus Philippe VI comme roi de France, et ce n’est que le 26 janvier 1340 qu’il se proclame officiellement roi d’Angleterre et de France. C’est le début retenu pour la guerre de cent ans.
– page 261 : Il s’agissait des maréchaux de Normandie et de Champagne. L’auteur parle juste de « maréchaux », donc il y a ambiguïté. Ce n’étaient pas des maréchaux de France (titre particulier).
– page 262 : La naissance du Tiers-Etat avec Etienne Marcel est quelque chose de fort douteux, de très controversé. Certes, les historiens libéraux, au XIXe siècle, ont fait d’Etienne Marcel un champion de la démocratie libérale, de la représentation populaire, car il avait voulu changer le mode de représentation du « commun peuple » aux Etats Généraux. Toutefois, aux Etats Généraux de 1302, on a bel et bien convoqué le clergé, la noblesse et la bourgeoisie des villes. Selon Augustin Thierry dans son Essai sur l’histoire du Tiers Etat (page 33 de l’édition de 1866), « la voix du commun peuple fut recueillie dans ce grand débat au même titre que celle des barons et des dignitaires de l’Eglise. » En note, il nous dit qu’on disait indifféremment « le tiers état, le commun état, et le commun ». La Chronique de Guillaume de Nangis emploie le mot communiarum.
– page 268 et 282 : Cette rumeur faisant de Jeanne d’Arc la demi-soeur de Charles VII est complètement absurde. Elle apparaît dans le livre L’Affaire Jeanne d’Arc. Visiblement, cette « thèse » a été imaginée en 1802 par un préfet, Pierre Caze. Il vaut mieux lire la biographie écrite par Colette Beaune (chez Perrin, rééditée en poche « Tempus »), qui fait bien le point sur la vie de Jeanne d’Arc.
– page 268 : La liaison entre Louis d’Orléans et Isabeau de Bavière n’est pas prouvée.
– page 282 : L’entrée des troupes de Charles VII dans Paris date de 1436 (avec le connétable de Richemont).
– page 297 : Charles IX n’a probablement pas été l’instigateur de la Saint-Barthélémy. Une des hypothèses qui rallie le plus d’avis (aucun avis n’est certain sur la question) est qu’il a été mis devant le fait accompli et a dû valider le mouvement, afin de ne pas perdre la face… Un peu comme l’a fait Henri III lorsque la Ligue fut créée en 1576.
– page 302 : Aucune allusion au siège de Paris, qui a vu une terrible famine en 1590. Rien non plus pour l’entrée de Henri IV à Paris le 22 mars 1594. Pourtant, ce sont des événements importants tant pour l’histoire de Paris que pour l’histoire de France.
– page 326 : Le mythe de la Bastille comme prison de torture ne tient plus. Ce n’était pas le goulag !
– page 361 : « Ah ! c’est la mer ! » n’a pas été prononcé en 1944 par le général de Gaulle. Cela a été écrit à la fin du tome 2 des Mémoires de Guerre, paru en 1956.


[Edition de l’article, 11/02/2015, 21h]

Quelques références tout de même : ces connaissances sur l’Antiquité ne sortent pas de nulle part. Elles sont établies par des décennies de recherches effectuées par des chercheurs du monde entier, sur des sujets aussi divers que la numismatique (études des monnaies, qui permettent de connaître les ressorts de la communication politique des empereurs romains, qui passe énormément par l’émission de pièces d’argent – deniers et antoniniens – et d’or – aureus, solidus – pour payer les troupes), la papyrologie (étude des papyrus : c’est par exemple sur un papyrus qu’on a retrouvé le texte original de l’édit de Caracalla, mentionné par d’autres auteurs postérieurs), l’épigraphie (étude des inscriptions, dont le pilier des nautes est un exemple), l’archéologie (les fouilles anciennes, récentes, les comparaisons de matériels archéologiques, l’évolution de la quantité des amphores, ou de certaines productions localisées, l’architecture des monuments civils, religieux, et militaires, l’étude de l’environnement ancien, etc.), et bien sûr les sources littéraires.

Sur Paris antique donc, quelques ouvrages hyper accessibles, avec des images, des cartes, des plans, une histoire des recherches, des restitutions argumentées, etc. :

Busson D., Paris-75. Carte archéologique de la Gaule. Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost, Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, 1998 (indigeste et inutile à acheter, mais ça se trouve dans des bonnes bibliothèques)

Busson D., Paris ville antique, Paris, Editions du Patrimoine, coll. « Guides archéologiques de la France », 2001 (excellent, Busson est l’archéologue en chef du service du patrimoine et de l’archéologie de la mairie de Paris. Si y’a bien UN TYPE sur terre qui connait ce sujet, c’est lui.)

Carbonnières Ph. de, Lutèce. Paris, ville romaine, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1997 (excellent)

Périn P. com., Lutèce, Paris de César à Clovis, Catalogue de l’exposition du musée Carnavalet, mai 1984-printemps 1985, Paris, 1984

Site web : http://www.paris.culture.fr/

Seul cet ouvrage n’existait pas quand Deutsch a publié sa première édition du Métronome, mais il existait lors de la dernière édition du livre en 2013 : Catalogue de l’exposition: Et Lutèce devint Paris, métamorphoses d’une cité au IVème s. (2011) [très utile pour la fin de l’antiquité notamment, sur les phénomènes de réductions urbaines, la fortification de l’ile, etc.]

Il s’agit d’une liste d’ouvrages qui pourrait servir à faire un bon exposé de niveau L3 – M1 en archéologie antique sur les vestiges antiques de Paris. Elle ne demande pas plus de quelques jours de travail, au mieux 15 jours pour approfondir. Vous y trouverez notamment de très belles illustrations de Jean-Claude Golvin.

Sur l’histoire romaine en général : 

Un très bon livre de vulgarisation, même si un peu « dépassé » par les recherches récentes, serait « Histoire de la Rome Antique » de L. Jerphagnon, qui nous a quitté il y a quelques années hélas. L. Jerphagnon n’est pas un historien de formation, plutôt un philosophe spécialiste de Saint Augustin et de l’histoire de la philosophie antique. Il n’empêche que cet ouvrage vous portera vraiment plus loin que celui de L. Deutsch. Je l’ai lu à 17 ans, je ne connaissais rien à l’histoire ancienne à cette époque, et c’est un de ces ouvrages qui m’a passionné instantanément.

La collection « Nouvelle histoire de l’antiquité », bien qu’un peu ardue comme première lecture, est cependant d’une qualité remarquable, elle peut commencer à se lire avec un baccalauréat (la plupart des tomes sont de fait donnés en bibliographie en première année d’histoire). Elle est constituée de 10 tomes (bon, ok, le tome sur le début de la république romaine n’est pas publié mais sera écrit par A. Rouveret, professeure des universités à Nanterre), allant de la Grèce minoenne et mycénienne (la protohistoire grecque et la haute époque archaïque), un tome sur la Grèce classique, plusieurs tomes sur le IVe siècle, l’époque d’Alexandre le Grand et des royaumes hellénistiques, les cités grecques jusqu’à la conquête romaine, viennent ensuite les tomes de l’histoire romaine : sur la république, 2 tomes, dont un merveilleusement écrit par Jean-Michel David, un tome sur l’Empire romain en occident, un sur l’empire romain en orient, et un sur l’empire romain tardif.

Pour le IIIe siècle dont j’évoque beaucoup les dates et la chronologie, après avoir lu Jerphagnon ou les tomes de la nouvelle histoire de l’antiquité correspondant, je vous conseille deux ouvrages : un super essai d’Henri Irénée Marrou intitulé « Décadence romaine, ou antiquité tardive ? » qui a considérablement fait bouger les choses sur l’interprétation générale de ce qu’on a longtemps appelé le « Bas-Empire », en remettant en place les théories et leur histoire. Ensuite, un ouvrage plus costaud mais construit comme un manuel, donc simple à lire, truffé de sources, de bibliographie, et d’exemples très concrets : « L’Empire romain du IIIe siècle » de M. Christol, un des plus grands historiens de l’antiquité romaine encore en vie, dont les disciples animent encore les cours et la recherche à la Sorbonne notamment. Bien sûr, vous pouvez aller taper du côté des ouvrages de Hinart, Modéran, Cosme, Le Bohec, etc. etc. etc. [etc.]

Sur des questions plus générales, la Gaule romaine est vastement documentée par une bibliographie allant de l’archéologie pure à l’histoire culturelle, en passant par des ouvrages de vulgarisation.

Quelques références complètement en vrac :

« Comment les Gaules devinrent romaines ? » de Pierre Ouzoulias ; « La France gallo-romaine », de Martial Monteil et Laurence Tranoy, datant de 2008, d’ailleurs TOUTE la collection dont est issue ce petit livre est conseillée, pour l’âge du bronze, du fer, le Moyen Âge. Ils sont simples, courts, blindéééés d’images et de schémas explicatifs, de références, etc.

Il existe aussi pleeeein de monographies sur Argentomagus, Grand, Nimes, Arles, vous trouverez de tout, et de manière accessible, même sur la serrurerie en Gaule romaine si vous voulez. Ces ouvrages sont écrits par des chercheurs, des gens qui consacrent leur vie à ça, pas juste un passe-temps obsédé entre deux films (Déso’ Lorànt).

Par ailleurs, pour ceux qui ont le privilège de vivre dans des villes proches ou contenant des universités, qui ont du temps libre, ou simplement de la curiosité à revendre : la plupart des cours magistraux des universités sont ouverts au public. Tant que vous ne foutez pas le bordel bien sûr. Le Collège de France est ouvert à tous, et tous les cours sont podcastés sur internet – ouais on est parfois moderne dans la recherche. C’est parfois d’un niveau un peu élevé, mais si vous avez lu un peu, vous y trouverez votre bonheur (et probablement pas Lorànt Deutsch, de fait).

Que rajouter ? Plein de choses que j’essayerai de développer dans d’autres articles. J’ai notamment demandé à d’autres amis, camarades étudiants, de gauche de droite ou de nulle part, de plancher sur les autres parties du livre Métronome (époque médiévale, moderne, contemporaine), puis on s’attaquera peut-être à l’Hexagone, etc.

(Je tenais à remercier tous ceux qui ont relayé l’article, anonymes comme journalistes aux Inrocks ou à Médiapart. C’était sympa. Je tenais à préciser : [UPDATE 2019] Je suis un banal étudiant en archéologie, mon cursus est sanctionné par une licence d’histoire, une licence d’archéologie, un Master 2 en archéologie antique, et je suis agrégé d’histoire depuis 2015, année où j’ai commencé ma thèse. A l’heure actuelle donc, je suis un étudiant, pas un chercheur en poste, seulement un doctorant parmi d’autres. Mais bien entendu, les cursus que j’ai suivis donne à chacun de ceux qui les font des clés, des méthodes, des outils, pour transmettre les connaissances en exposé, pour structurer et organiser un propos historique, pour employer une méthodologie avec le moins de biais possibles, sans travailler à l’envers : nous ne projetons pas nos théories personnelles sur les faits, les faits sont construits par des données, ces données sont analysées et constituées comme sources, qui ont leur biais connus, ces sources sont mises en relation pour envisager, et j’ai bien dit envisager, pas établir définitivement, une interprétation, et cette interprétation est toujours à mettre en balance avec d’autres sources, des méthodes nouvelles.)

Publicités